qui sommes-nous ? contactez-nous liens favoris retour à l'accueil

Max Rouquette : Extraits de l'œuvre

Verd Paradis

   Considéré comme le chef d'œuvre de Max Rouquette prosateur, Vert paradis évoque, à travers une série de textes inclassables réunis en 5 tomes, l'univers des garrigues de l'arrière-pays montpelliérain, hantées par le mystère de la vie et de la mort.
C'est la traduction en français de ses deux premiers tomes qui révèlera Max Rouquette à un plus large public.

La mòrt de Còstesolana (la mort de Costesoulane)

Còstasolana esperava los perdigalhs e aquò es la mòrt que venguèt. E la mòrt qu'èra pèr los perdigalhs serviguèt pèr el. E los perdigalhs que devián èstre freges e l'uòlh neblat a l'ora que lo solelh trascòla, a nuòch èran encara cauds e vius, e son sang que deviá enrogir las pèiras blavas dau gravàs èra encara escondut dins la tenèbra de sas venas e corrissiá jot la pèl a cada còp premsat d'aqueles còrs sarrats coma de ponhs de colèra. Mas las pèiras aguèron sa part de sang roge, lo de Còstasolana, perdequ'èra dich e escrich qu'a aquel jorn lo sacrifici dau sang se deviá complir per aquel luòc desèrt de nòstra tèrra jot un cèl morent, e l'alen d'un vènt que n'a vist d'autres. Còstasolana vogèt sus lo gravàs tota la calor de sas venas, son sang vengut de l'escuresina dau sieu còr e coma susprés de tant de lusor e de tant d'espandida, rajava doçament sus los ròcs e serpatejava coma un que sap pas ont vai. Se crocava als fius de l'èrba, a las broquilhas de frigola, davalava dins los trauquets entre las pèiras e fumejava doçament e l'èr ne tremolava. Còstasolana, esperava los perdigalhs e sabiá pas perdequé èra aquí, espandit sus lo ventre, amb aquel tendrum que i fasiá mirar de tan près e amb tant de paciéncia las èrbas, las peiretas, e un trauc de formigas.

Costesoulane attendait les perdreaux et c'est la mort qui vint. Et la mort qui était pour les perdreaux servit pour lui. Et les perdreaux qui devaient être froids et l'œil voilé à l'heure où le soleil se couche, ce soir étaient encore chauds et vifs, et leur sang qui devait rougir le gravier bleu de la forêt était encore tapi dans la ténèbre de leurs veines et courait sous la peau à chaque coup pressé de ces cœurs serrés comme des poings de colère. Mais les pierres eurent leur part de sang rouge, celui de Costesoulane, parce qu'il était dit et écrit qu'en ce jour le sacrifice du sang devait s'accomplir dans ce lieu désert de notre terre, sous un ciel mourant, et dans le souffle d'un vent qui a vu bien d'autres drames. Costesoulane vida sur les pierres toute la chaleur de ses veines, son sang venu de l'obscurité de son cœur et comme surpris de tant de lumière et de tant d'espace, coulait doucement sur la roche et serpentait comme un voyageur de hasard -- il s'accrochait aux fils de l'herbe, aux brindilles du thym, il descendait dans les creux entre les pierres et il fumait doucement et l'air en était tremblant. Costesoulane attendait les perdreaux et il ne savait pas pourquoi il était là, couché sur le ventre, avec cette tendresse qui lui faisait regarder de si près et avec tant de patience les herbes, les pierres et un trou de fourmis.

Max Rouquette, extrait de La mòrt de Còstesolana (Verd Paradis I)

Version originale en occitan parue aux éditions I.E.O.
Traduction française d'Alem Surre-Garcia disponible aux éditions du Rocher.

Page suivante : Vert Paradis : Lo bòn de la nuòch